Patrimoines en partage


La tradition écrite, un précieux patrimoine au Maroc

Pravina Nallatamby


ISBN :
0.00 €

Lorsque l’écriture rime avec culture et architecture pour conserver l’histoire, diffuser le savoir et encourager le dialogue, en laissant une trace permanente pour la postérité, quel bonheur pour l’humanité !

Au printemps dernier, l’Institut du Monde Arabe (IMA) a présenté « Splendeurs de l’écriture au Maroc, Manuscrits rares et inédits », une exposition très intéressante sous le Haut Patronage de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, nous invitant à découvrir l’attachement du Maroc pour la tradition écrite. Invité d’honneur au Salon du Live de Paris qui s’est tenu à la fin du mois de mars 2017, le Royaume du Maroc n’a pas dérogé à sa générosité légendaire en matière de dialogue interculturel. En déployant la richesse de ses publications contemporaines à la Porte de Versailles, et en dévoilant, en parallèle, les pages de trente-cinq anciens manuscrits dans les locaux de l’IMA, le Roi Mohammed VI, à l’image de ses prédécesseurs, encense l’écriture, comblant de joie les visiteurs par ce partage d’un patrimoine de grande valeur.

Ecrire pour préserver le dialogue des cultures

L’écriture rayonne majestueusement partout sur des supports variés rendant immortels le savoir et l’histoire du pays. Complètement subjugué par ces trésors ramenés avec soin de plusieurs bibliothèques et musées marocains, le visiteur plonge dans l’histoire séculaire du Maroc. L’axe de présentation initial de cette exposition sur le respect des croyances ouvre le bal avec des manuscrits qui donnent le ton de la tolérance et du dialogue des cultures se traduisant par des symboles très forts autour des trois religions monothéistes. La juxtaposition de trois ouvrages sacrés nous rappelle la place accordée à l’ouverture d’esprit de cette société pluriculturelle depuis la nuit des temps : un rouleau d’une Torah écrite en hébreu, la copie rare d’un Coran datant probablement du IXe siècle et un évangile traduit en arabe ont été soigneusement conservés.

Lire la suite